Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Edito > Dà yuè jìn (Le grand bond en avant)

Dà yuè jìn (Le grand bond en avant)

jeudi 28 mars 2019, par Louis DAUBIN

C’est le nom donné à une politique économique lancée par Mao Zedong et mise en œuvre de1958 à début 1960. Concepteur du Grand Bond en avant, Mao Zedong veut donner une nouvelleorientation politique à la Chine.


Cette campagne, qui mobilise par la propagande et par la coercition l’ensemble de la population, a pour but de stimuler en un temps record la production par la collectivisation de l’agriculture, l’élargissement des infrastructures industrielles et la réalisation de projets de travaux publics de large envergure. Irréaliste, ce programme se révèle être un fiasco. La Chine échappe de peu à l’effondrement complet de son économie. La grande famine, qui sévit entre 1958 et 1962 en conséquence de cette politique, a longtemps été cachée.
Etonnant parallèle, à la lecture de ce résumé de Wikipédia sur les commissaires Chinois sous Mao, que l’on pourrait établir évidemment avec les « commissaires » Européens et leur orientation politique à marche forcée et obligatoire vers le véhicule totalement électrique.
« La grande transition » est en marche .
Un homme courageux a officiellement pris position pour expliquer, dans les colonnes de notre confrère « Le Figaro », les inquiétudes légitimes que lui procure cette politique extrémiste. Carlos Tavares, le brillant patron du groupe PSA a effleuré la perspective économique et sociale que les « bienfaits » de la grande transition vont nous apporter.
J’y ajouterai l’explosion de la pollution par usage des centrales à charbon pour tenter de fournir de l’électricité, l’enfermement à des bornes saturées des populations par privation de moyens de déplacements libres , les licenciements massifs et la ruine programmée des constructeurs automobiles européens, des équipementiers et sous-traitants du continent. L’achat forcée de la production de millions de polluantes batteries Chinoises à des prix délirants, avant la vente forcée de voitures électriques au consommateur lui-même, probablement réduit au chômage par l’effet domino de l’écroulement de la première industrie du continent.
Bien sûr, j’exagère un peu à dessein. Mais Il nous faut plus de pragmatisme et moins d’idéologie. Il est encore temps d’agir pour le bien de tous, y compris des « commissaires ». L’hydrogène, le pétrole propre, le bio carburant, et bien d’autres sont des sources d’énergies très prometteuses et bien moins dangereuses pour l’avenir de nos enfants. Le véhicule tout électrique y aura alors sa juste place que le consommateur voudra bien lui accorder naturellement, écologiquement.

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80