Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Haut de gamme > Porsche 911 Carrera 4S - L’hymne de la tentation

Porsche 911 Carrera 4S - L’hymne de la tentation

lundi 25 mars 2013, par Adrien Cortesi

Archétype de la Grand Tourisme, la 911 cultive depuis 50 ans un physique reconnu, des sensations hors-norme, une polyvalence enviable… et une insolente valeur résiduelle. Dans sa version la plus aboutie Carrera 4S, elle endosse le statut idéal pour être à l’unisson du dirigeant passionné !


Aux yeux des amateurs, la Porsche 911 incarne la sportive par excellence. Cette icône crée par « Butzi » Porsche en 1963 est considérée par ses admirateurs comme une œuvre d’art ou une source d’échange automobile occultant l’aspect purement ostentatoire. Vous êtes à la tête d’une PME placée sous le signe de la haute technologie et affichant des brillants résultats ? Cette auto peut vous représenter en clientèle…

La crise ? Quelle crise ?

En 50 ans de carrière, son succès s’est forgé contre vents et marées. Ou plutôt, contre « moteurs avant » et chocs pétroliers. Sa constante montée en puissance depuis 1963 s’est en effet ralentit en 1974 et aurait même pu s’arrêter brutalement au début des années 80. Mais les 928 et 924, qui devaient remplacer la 911 ne connaissent pas le succès escompté.

911 nouvelle 991

Face à la mévente de ses voitures à moteur avant, Porsche recentre ses efforts in extremis sur la 911 et lui donne une seconde chance. Le choix s’avère payant, la Carrera 3.2 de 1984 fait d’ailleurs figure de renaissance. Les progrès techniques et commerciaux donneront même raison à la 996 tant décriée en 1998 : la 911 ne s’est jamais aussi bien vendue.

Aujourd’hui, les résultats de la firme de Zuffenhausen donnent le tournis. Avec 141 075 voitures écoulées dans le monde au cours de l’exercice 2012, soit une croissance de 18,7 % par rapport à 2011 (une année déjà record avec 118 868 unités), Porsche ne cesse d’engranger des recettes record. Merci à la nouvelle 911 qui enregistre la plus forte hausse avec 31,4 %, soit 25 457 exemplaires. Cette accélération provient principalement des marchés chinois et nord-américains. De quoi aborder sereinement l’année 2013… et nourrir une ambition toujours plus forte. Le constructeur prévoit en effet d’atteindre les 200 000 unités d’ici 2018 (notamment grâce à l’arrivée des nouveaux modèles Macan et Cajun). Dans un contexte économique aussi compliqué, Porsche reflète l’exemple à suivre.

Crème anti-âge

Cette 911 7ème génération aux lignes intemporelles et relativement discrètes distille toujours autant de crédibilité. Loin du simple aspect ostentatoire propre aux véhicules onéreux. Dans cette démarche, la Panamera jouit d’un succès tout particulier auprès des chefs d’entreprises.

911 Nouvelle 991 arrière

Dans une relative discrétion, un confort de limousine et des performances élevées, cette dévoreuse de bitume estampillée Porsche semble satisfaire à tous les désirs. Pourtant, la 911 détient ce petit quelque chose en plus : l’émotion.

Il faut certes accepter moins d’espace à bord, un volume de coffre trois fois plus restreint, des places arrière taillées pour des enfants et un confort général plus ferme. Le prix de son design unique et de ses velléités sportives. Mais en la replaçant dans sa catégorie (Audi R8, Aston Martin…), sa facilité de conduite et sa polyvalence sont au meilleur niveau. Le modèle Carrera 4S, actuel fleuron de la gamme, ne renonce à aucun type de parcours. Confort, sécurité, efficience… rien n’est laissé au hasard. De la ville à l’autoroute en passant par les petites départementales tourmentées, nous avons pu mesurer l’efficacité de cet engin qui ne cesse de repousser les limites du possible. Avant d’en ressentir les bienfaits, un petit briefing technique s’impose…

L’avance par la technologie

Comme pour la version deux roues motrices Carrera S, on retrouve le flat-six 3.8 fort de 400 ch. perchés à 7 400 tr/mn et 440 Nm de couple disponibles dès 5 600 tr/mn. La transmission intégrale, jadis synonyme d’une perte de sportivité au profit de la motricité, leste la 911 de 50 kg seulement (contre près de 100 kg sur la génération précédente). Son système d’embrayage multidisques module en 100 millisecondes maximum la répartition du couple entre les deux essieux, et ce jusqu’à 100 % vers l’avant ou l’arrière. Autant dire que ses performances se hissent au niveau de la « 2S » avec un 0 à 100 km/h aussi vite abattu en 4,1 secondes (en boîte PDK et Pack Sport Chrono). Seule la vitesse de pointe régresse de cinq petits km/h et repasse hélas sous la barre fatidique des « 300 ».

911 Nouvelle 991 interieur

Extérieurement, les modifications permettant de la distinguer d’une Carrera 2 se concentrent uniquement sur la partie arrière. Les voies sont majorées de 22 mm, les roues de 20 pouces s’élargissent de 10 mm (les pneumatiques passent en 305/30 au lieu de 295/30) et un bandeau lumineux liant les deux feux arrière fait son apparition.

Se glisser dans l’habitacle bicolore (3 851 €) vous plonge dans une ambiance luxueuse et raffinée… mais précisons que notre modèle d’essai bardé d’options relève la note de 30 000 € (!). Les sièges sport adaptatifs (3 289 €) et chauffants (472 €), le pack carbone (1 638 €), les inserts décoratifs (502 €), le toit coulissant (1 682 €) ou encore le régulateur de vitesse (394 €), pour ne citer qu’eux, font partie des équipements additionnels. En y regardant de plus près, les matériaux de bonne facture n’ont toutefois rien d’extraordinaire au regard des tarifs pratiqués. La position de conduite, à la fois sportive et confortable, présente un volant au ras du champ de vision et à la prise en main parfaite.

Sportivité à la carte

Contact. Le flat-six s’ébroue dans un grondement rauque et métallique. La boîte de vitesse à double embrayage PDK à 7 rapports participe vivement à la douceur de conduite générale : les vitesses s’enchaînent sans à-coups, la direction guide le train avant au millimètre et le 3.8 brille par sa rondeur dès les bas régimes. Etonnamment, la suspension pilotée ne chahute guère les occupants. Si les bruits de roulement apparaissent rapidement, l’insonorisation soignée prévient efficacement des sifflements aérodynamiques. Sur autoroute, les sièges assurent un bien-être durable et les premiers signes de fatigue tarderont à apparaître. L’autonomie est correcte sans plus avec le réservoir de 64 litres. Si conduire cette 911 pour se rendre au travail satisfait déjà le quotidien, profiter pleinement de ses capacités sur petites routes s’impose…

911 Nouvelle 991 Jante

En pressant les touches Sport et Sport Plus, la 911 mue en voiture de course. Comme si vous échangiez votre costume contre une tenue sportive. La direction plus tranchante, la boîte de vitesse plus brutale et rapide, l’accélérateur plus sensible, l’amortissement plus ferme et le contrôle de stabilité moins castrateur rehaussent son efficacité. Le flat-six, aux vocalises exacerbées par l’échappement sport, vous gratifie d’un regain de hargne passé 5 500 tr/mn, hurlant ses 400 ch. jusqu’à la coupure d’allumage à 7 500 tr/mn. Grisant. La PDK verrouillant le rapport engagé en mode manuel exploite au mieux les accélérations foudroyantes qui vous catapultent de virage en virage. Même sous la pluie, les vitesses de passage deviennent stupéfiantes. La motricité accrue rassure, même si la 911 conserve son caractère de propulsion et n’hésitera pas à faire dériver sa poupe sur simple demande. Mais on reste loin des 911 d’antan intransigeantes aux transferts de masse. Vous l’aurez compris, il est quasi impossible d’exploiter toutes ses capacités sur route ouverte.

Une « folie » raisonnable ?

Jusqu’ici, le bilan financier tarifaire lui apporte bien peu d’arguments objectifs favorables. Mais la 911 s’est toujours distinguée par sa cote élevée en occasion. En se maintenant à plus de 50 % après trois ans et 50 000 km, elle bénéficie d’une excellente valeur résiduelle. Partant de ce constat, l’acquisition d’une 911 s’avère un placement raisonné. L’aura de la marque, à l’image d’Audi et ou de Mercedes par exemple, ne fait que conforter cette théorie.

911 nouvelle 991 PTM

Si la TVS de 4 622 € pour 2013 n’a rien de raisonnable, la consommation de sans plomb 98 le sera davantage. Avec un pied léger à l’écart des centres-villes, comptez à peine 9 l/100 km de moyenne. Et si vous tablez plutôt sur 16 à 18 l/100, vous vous ferez forcément plaisir…

Adrien Cortesi

En chiffres…

Porsche 911 Carrera 4S PDK

- Moteur : 6 cylindres à plat
- Cylindrée : 3 800 cm3
- Puissance : 400 ch. à 7 400 tr/mn
- Couple : 440 Nm à partir de 5 600 tr/mn
- Vitesse maxi : 297 km/h
- Accélérations : 0 à 100 km/h en 4,1 s.
- Consommation mixte : 9,1 l/100 km
- Emissions de CO2 : 215 g/km
- TVS : 4 622 euros
- Prix : à partir de 117 425 euros (avec PDK)
- Prix du modèle essayé avec ses options : 145 483 euros

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80